Je soutiens ROKPA parce que...

Des gens, célèbres ou non, racontent comment ROKPA les a convaincus et pourquoi ils s’engagent bénévolement à ses côtés.

Andreas Vollenweider, Harpiste de renommée internationale & ROKPA Ambassadeur

"Notre époque est marquée par les contrastes: une partie du monde a atteint une prospérité et une qualité de vie encore inégalées, l‘autre partie – victime d’une exploitation impitoyable qui est l’envers du décor de notre vie confortable - est de plus en plus confrontée à une misère inconcevable, une injustice révoltante.

Notre système de valeurs, fierté de notre civilisation ne survivra pas si nous restons incapables de créer un nouvelle „culture du don“. ROKPA nous montre cette voie par son action exemplaire. Je suis profondément heureux de pouvoir insuffler un peu de mon énergie dans ce processus de renouveau.“

Marc Forster, réalisateur & ROKPA Ambassadeur

"Je m’engage pour ROKPA parce que je sais que l’argent que je donne est vraiment consacré à aider des enfants déshérités - notamment à travers la création d’orphelinats ou la mise en place de programmes éducatifs. Pour que les générations futures aient une chance de gagner le combat contre la misère et l’injustice sociale, on a besoin de gens compétents animés par l’amour de leur prochain. Seules l’empathie et la compassion nous permettront de trouver le chemin de notre coeur.“

Sandra Studer, animatrice de TV & ROKPA Ambassadrice

"J’ai eu la chance de naître dans un pays riche et j’en suis immensément reconnaissante. Mais je ne veux pas rester les bras croisés face aux injustices de ce monde. Je soutiens ROKPA parce qu’ils aident les petites gens à construire les fondations d’une vie décente: sécurité, confiance en soi, amour, éducation.“

Otto C. Honegger, Réalisateur de films documentaires et écrivain

"Un jour, de retour le l’Everest, j’ai eu l’occasion de visiter la „Maison des Enfants“ à Kathmandou et d’y tourner un film.

Ce fut une expérience extraordinaire. J’ai découvert une maison pleine de gamins joyeux qui folâtraient un peu partout mais qui savaient aussi faire preuve de discipline.

La Maison des Enfants se trouve à proximité du célèbre stupa de Bodnath – symbole bouddhiste de la miséricorde et de la compassion – qui attire les touristes du monde entier. Mais à quelques pas du stupa se cache un quartier misérable où viennent se réfugier les paysans des montagnes dans l’espoir de pouvoir survivre d’une façon ou d’une autre dans cette capitale.

Les enfants qui grandissent dans ce quartier ont peu de chance de s’en sortir et finissent par se retrouver à la rue. J’ai rendu visite aux deux enfants que Léa Wyler a recueillis. Ils vivaient auparavant dans une baraque en tôle. Le garçon dormait dans la rue et sniffait de la colle.

Quelques mois avec ROKPA ont suffi à les métamorphoser. Leur mère qui habite encore dans la baraque nous a accueillis chaleureusement. Elle sait que ses enfants seront à l’abri du besoin auprès de ROKPA. Ils seront bien nourris, bien élevés et scolarisés – un bon départ pour un avenir meilleur.“

Charles Lewinski, scénariste et écrivain

"Lorsqu’on est écrivain, on aime les histoires. Peut-être que ce qui m’a d‘abord attiré vers ROKPA, c’est que tout a commencé par une belle histoire.

Il était une fois une jeune comédienne qui traverse une crise personnelle: elle part au Népal puis au Tibet et là il n’y a pas d’illumination mais bien autre chose: il y a des enfants qui n’ont rien à manger, qui ont besoin de soins médicaux, qui ne vont pas à l’école, qui n’ont aucune chance d’apprendre un métier – bref, qui n’ont aucune perspective d’avenir. La jeune actrice a trouvé sa voie.

Et la voilà qui relève le défi: elle prend des responsabilités, aménage des orphelinats, construit des écoles et se transforme en „mendiante“ de génie car pour pouvoir aider „ses“ enfants il faut de l’argent. Et elle en collecte avec succès. N’est-ce pas une histoire merveilleuse ?

Certes, il n’y aura jamais de „happy end“ comme dans un film hollywoodien car il n’y aura jamais assez de moyens pour faire tout ce qu’il faudrait faire. Parce que toujours plus d’enfants ont besoin d’une „Mama Lea“.  C’est pour ça que je soutiens ROKPA.“

Jill Dawson, ancienne productrice à la BBC

"J’ai filmé des dizaines de reportages sur des organisations humanitaires à travers le monde. Mais lorsque j’ai tourné un court-métrage au Népal sur ROKPA INTERNATIONAL, j’ai pris la mesure du travail que cette organisation accomplit. Ce qui m’a impressionnée – et profondément touchée – c’est que que ROKPA ne se contente pas d’aider les plus vulnérables mais qu’elle leur tend la main avec amour. Le fondement de l’action de ROKPA est la bonté et selon moi, c’est ce qui fait sa force. Tous ceux qui bénéficient du soutien de ROKPA sont intégrés à la grande famille ROKPA en prenant leur vie en main et à leur tour venir au secours de leur prochain en détresse.“