Un foyer pour les enfants des rues de Kathmandou

La Maison des Enfants peut accueillir jusqu’à 60 enfants. Là ces anciens petits mendiants des rues ont – peut-être pour la première fois de leur vie – le sentiment d’être à l’abri et en sécurité. Ils sont pris en charge individuellement et reçoivent une éducation qui leur permettra de trouver un emploi.

Accueillis à bras ouverts et suivis avec beaucoup d’attention, ces enfants – orphelins ou issus de familles démunies – recevront  dans ce foyer chaleureux une éducation qui fera d’eux des êtres responsables et conscients de leur valeur. Ils n’auront plus jamais besoin d’aller mendier.

Sauver les enfants des rues

Dons en nature

Si vous désirez soutenir les enfants de ROKPA avec des dons en nature, veuillez d’abord contacter le siège principal de ROKPA à Zurich. Nous serons ravis de vous informer des besoins sur le terrain. Merci beaucoup !

Vous pouvez nous joindre au numéro de téléphone suivant : +41 44 262 68 88, e-mail info (at) rokpa.org

Des anciens enfants des rues racontes leur histoire...

  • «La vie des rues m’avait si endurci que j’avais oublié qu’on pouvait avoir un but dans la vie. La rue pour moi, c’était la liberté. Mais quelle liberté ? J’étais libre de ne compter pour rien, d’être méprisé, libre de tout faire ou de ne rien faire du tout. Parfois  je me demande ce que je serais devenu si Mummy Lea ne m’avait pas remarqué. Aujourd’hui, quand je passe près du Stupa à Boudha, je revois mes anciens copains. Ils vivent toujours dans la rue alors que moi je vis au paradis. Certains d’entre eux ont déjà connu la prison.
    Je suis si heureux de faire partie de la famille de ROKPA : maintenant j’ai plus de 60 frères et sœurs. C’est merveilleux de vivre avec des gens qu’on aime et qu’on respecte. Mes parents se disputaient toutes les nuits. Mon petit frère et moi, on s’endormait  en pleurant.  On n’avait personne pour nous consoler.
    Mummy Lea et ROKPA m’ont accueilli, nourri, vêtu et m’ont donné une bonneéducation ; ça m’a aidé à comprendre qui je suis, ce que je fais et où je vais. Je termine actuellement des études de travailleur social (bachelor). Parallèlement, j’enseigne dans une école. Je suis fier de ce que j’ai accompli jusqu’à présent. Et je ressens très fortement l’amour et l’attention que me portent Lea et ceux de ROKPA. Grâce à eux, je vais devenir un être humain à part entière, confiant en son avenir et travaillant dur. Ils m’ont redonné une identité.»

  • « J’ai grandi dans un village, chez mes grands-parents car mes parents travaillaient à Katmandou. Malgré mon très jeune âge, je devais assurer les travaux ménagers du matin au soir. Un jour mes parents sont venus me chercher. Mon père buvait énormément et battait régulièrement ma mère. Je souffrais de voir ça mais je ne pouvais rien faire. Parfois, il n’y avait rien à manger de toute la journée.
    Avec ma mère, on est allés à la cantine de ROKPA où le matin on nous servait du thé avec du pain et à midi un délicieux repas chaud. Comme on venait tous les jours, « Mummy Lea » (surnom de la vice-présidente de ROKPA, Lea Wyler) a fini par me remarquer. Elle m’a demandé si je voulais aller à l’école. J’ai tout de suite dit oui car c’était mon rêve. Tous les jours je regardais passer les enfants qui allaient à l’école et je souhaitais ardemment pouvoir me joindre à eux.
    En 1996 ROKPA m’a accueilli. Durant les 13 années que j’ai passées là, j’ai beaucoup appris – non seulement à l’école mais aussi sur la vraie vie. J’avais été l’enfant négligé de parents eux-mêmes laissés pour compte et je n’avais pas d’identité. Grâce à ROKPA, je ne suis plus rejeté ni humilié, je me suis fait des amis. C’est mon plus grand bonheur.
    Sans ROKPA, je n’aurais rien su du monde. Aujourd’hui, je sais lire, écrire, je suis capable de prendre des décisions, de faire la part du Bien et du Mal. Le côté sombre du passé s’estompe peu à peu et ma vie s’éclaire comme le soleil. L’éducation que ROKPA m’a donnée a renforcé la confiance en moi et me donne l’assurance de pouvoir réaliser mes rêves. Grâce à l’amour et aux conseils de Mummy Lea, j’ai pu développer en moi de la force mais aussi de la compassion. Je suis fier d’être un enfant de ROKPA. »

  • «Je viens d’un endroit très reculé de l’Himalaya – nommé Dolpa – où les gens sont nomades. La vie là-bas est très rude – rien à voir avec la vie en ville. Mes parents étaient très pauvres et ne pouvaient pas réaliser nos souhaits. A la maison je travaillais dur. Un jour j’ai attrapé la rougeole et les lamas n’ont pas pu me guérir. Alors mes parents ont décidé de m’emmener en ville pour qu’on puisse me soigner. Ils m’ont mis à l’hôpital le moins cher et pour payer mon traitement, ils allaient mendier dans les rues. Mais l’argent qu’ils rapportaient ne payait même pas les médicaments.
    Un jour, il y a eu un miracle : ma mère a découvert un lieu où on servait du thé le matin et un repas chaud à midi : c’était la cantine de ROKPA. Le lendemain mes parents m’ont amenée au dispensaire juste à côté de la cantine en espérant qu’on me soignerait gratuitement. C’est là que j’ai fait la connaissance  d’une belle dame que tout le monde appelait « Mummy ». Lorsqu’elle m’a vue, si faible et si malade, elle a eu pitié de moi et m’a prise dans ses bras. Et lorsqu’elle m’a embrassée, j’en senti qu’elle m’aimait comme son propre enfant. A partir de ce jour, je n’ai plus revu mes parents pendant des années et ma vie a complètement changé – d’une façon que je n’aurais jamais pu espérer. J’avais désormais plus de 40 frères et sœurs  et j’allais à l’école. 
    Aujourd’hui j’ai 17 ans et je suis étudiante aux Beaux-Arts. Je voudrais devenir photographe professionnelle. C’est ma chère Mummy qui m’a suggéré cette voie. Elle fait tou pour ses enfants et leur accorde sa protection, son attention et son amour : c’est vraiment la mère des enfants abandonnés.
    Je vais très bien car je ne fais plus de souci pour mon avenir professionnel et je suis capable de me débrouiller toute seule. Grâce à Mummy, je sais qui je suis et ce dont je suis capable. Si j’avais un micro je crierais à tue-tête : « Mummy, je t’aime ! »
    Sans ROKPA ma vie n’aurait probablement eu aucun sens.»

  • « Lorsque je m’efforce aujourd’hui d’atteindre mes objectifs avec détermination, je me rappelle toujours le moment où – il y a 20 ans – ma vie a basculé quand ma seconde mère est entrée dans ma vie.
    Quand ma mère est morte, j’avais 5 ou 6 ans. Ma famille m’a abandonné et j’ai bien failli mal tourner. Rokpa m’a recueilli dans son foyer pour enfants et envoyé dans une bonne école. Depuis, je n’ai jamais regardé en arrière. On m’a appris à être fort, aimable, serviable, c.-à-d. être un homme bon. Grâce à ROKPA j’ai reçu une bonne éducation et je peux gérer ma vie. ROKPA m’a également donné une famille. Et une mère qui nous aime beaucoup et nous accompagne sur le chemin de la vie.
    Il y a 4 ans, j’ai quitté le foyer et aujourd’hui je suis indépendant. J’apprécie chaque instant de ma vie. Je sais que l’on peut aider les autres et donner l’exemple.
    Je serai toujours reconnaissant à Mummy Lea et ROKPA d’avoir cru en moi et de m’avoir fait découvrir le monde. »